Projets en cours

Projet Acis&Galatea



ACIS&GALATEA. Activités de recherche en Mythocritique culturelle  (ref. H2015/HUM-3362), financées par la Communauté Autonome de Madrid et le Fonds Social Européen. Durée du projet : 1er janvier 2016 – 31 décembre 2018.

 

Présentation

Le projet « Acis&Galatea » a pour but principal de montrer la relation étroite qui existe entre la mythologie et l’activité culturelle de Madrid (ville et communauté), de l’Espagne et de l’Europe à l’époque contemporaine (XXe et XXIe siècles). Le projet cherche aussi à étudier la réutilisation des mythes et des légendes dans les festivités, le tourisme, l’industrie des loisirs et de la culture.

 

Groupes participants

Ce projet se veut fondamentalement interdisciplinaire, tant par la composition des groupes participants que par les objets de recherche (littérature, arts plastiques, arts du spectacle, musique, fêtes populaires). Le groupe est composé de femmes à 66,95 % et d’hommes à 33,05 %, originaires de 10 pays et de 30 universités différentes.

Le projet est composé par 10 groupes bénéficiaires : ACIS (Groupe de Recherche en Mythocritique), CIL II (Corpus Inscriptionum Latinarum), ETICASGRIEGAS (Influences des pensées éthiques grecques dans la philosophie contemporaine), GIAP (Groupe de recherches en Patrimoine et Cultures Populaires), GIECO (Écocritique), IAI (Innovation et Analyse de l’Image), INTRA (Étude des discours et des textes pour l’interprétation et la traduction), POETICS (Poétiques en langue anglaise), RECEPTION (Groupe de recherches en études de la réception) et SIIM (Études en intermédialité culturelle). Ces groupes sont issus de différentes universités madrilènes (la Complutense [3], Alcalá [3], Autónoma [1], Francisco de Vitoria [1], Pontificia de Comillas [1]) et du CSIC (1). Le Projet comprend également trois groupes associés : CLE (Université de Lausanne), CRLC (Université de Paris-Sorbonne) et EFI (Université de Saragosse. Six associations ont, en outre, adhéré à ce projet (ADIREL, ARTE, ASTERIA, AWM, CLAI, et SEEC), de même que deux fondations (PASTOR et PONS), deux entreprises (BRISMAR, LIBFRAN) et cinq chercheurs associés en relation avec le Projet (R. Gualberto, J.-J. Wunenburger, Mª J. Martín, L.A. Pérez y H. Jennings), regroupés sous le sigle DORIS.

Acis. Groupe de recherche en mythocritique

« ACIS. Groupe de Recherche en Mythocritique » a été créé le 28 octobre 2009. Il a pour buts :

  • L’étude théorique et pratique de la réception des mythes antiques, médiévaux, modernes et contemporains dans la littérature contemporaine, les arts plastiques et les arts du spectacle.
  • L’analyse détaillée des processus de mythification dans l’expérience commune, les événements et productions intellectuels de la société contemporaine.
  • La formation de jeunes chercheurs dans le domaine de la mythocritique, pour leur permettre la réalisation de travaux de fin de master et de thèses doctorales avec une assise scientifique irréprochable.

Amaltea. Revue de Mythocritique

Amaltea propose chaque année, sur le réseau, un numéro thématique sur la réception des mythes antiques, médiévaux et modernes dans la littérature occidentale contemporaine.

Les langues utilisées sont l’anglais, l’espagnol et le français. La revue n’a pas d’orientation critique propre. La revue est éditée par l’Université Complutense de Madrid.

Asteria, Association Internationale de Mythocritique

L’ambition de l’Association est de promouvoir, d’aider et de soutenir les études en mythocritique, en nous attachant tant à la création de nouveaux outils théoriques et épistémologiques capables de développer cette discipline, qu’à la présence des mythes classiques, médiévaux, modernes et contemporains dans la littérature, les arts plastiques, les arts du spectacle et les arts visuels depuis 1900. Ainsi, l’attention se porte sur la diffusion, la disparition et l’impact des mythes dans la société contemporaine.

Projets réalisés

Nouvelles formes du mythe : une méthodologie interdisciplinaire 

Proyecto de investigación: « Nouvelles formes du mythe : une méthodologie interdisciplinaire (2012-2015) ». Ministère de l’Économie et de la Concurrence, réf. FFI 2012-32594.

 

Presentation

37 chercheurs de spécialités différentes ont été engagés dans ce projet.

 

Proposition scientifique

Ce projet a eu pour ambition d’élaborer une méthode mythocritique innovante afin de permettre une étude fructueuse des mythes dans la culture contemporaine, car certains de ses pans demeurent jusqu’à aujourd’hui ignorés par la critique. Parmi les principaux facteurs de forte répercussion sociale qui contribuent à la diffusion et modification des mythes, le projet s’est concentré sur trois en particulier : la globalisation, l’immanence et le consumérisme.

La culture contemporaine a engendré deux changements fondamentaux à l’égard des mythes :

  1. Elle a considérablement modifié la réception et la diffusion des mythes antiques, médiévaux et modernes.
  2. Elle a promu la création d’une nouvelle mythologie, qui coexiste avec la précédente.

Ces changements ne sont pas sans conséquences : la méthodologie de la mythocritique traditionnelle est devenue inefficace et insuffisante. Par conséquent, une nouvelle méthodologie est nécessaire : sans exclure les acquis de la mythocritique traditionnelle, elle rend compte du mythe aujourd’hui et montre en quoi il est une clé d’interprétation de la société contemporaine.

Cette mythocritique exige, entre autres, les prérequis suivants :

  1. Elle doit être interdisciplinaire et réunir ainsi les acquis de la théorie littéraire, de l’histoire littéraire, des beaux-arts et les nouveaux modes de diffusion de l’ère de la communication.
  2. Elle doit envisager son objet d’étude à partir des relations que celui-ci entretient avec les autres sciences humaines et sociales, en particulier la sociologie, l’anthropologie et l’économie.

L’équipe s’est composée de :

  1. Chercheurs expérimentés en mythocritique : ils ont fait usage des méthodologies développées jusqu’à aujourd’hui pour l’étude du mythe dans les différents arts.
  2. Des spécialistes en communication, en anthropologie, sociologie et économie, qui ont apporté les connaissances propres à leur science pour l’étude des mythes.

Le résultat a été création d’une nouvelle méthodologie mythocritique, inexistante jusqu’à aujourd’hui dans le panorama international, qui permet de comprendre la complexité du mythe et de ses manifestations à l’époque contemporaine.

 

Anthropologie mythique contemporaine

« Anthropologie mythique contemporaine » (2007-2011). Ministère de l’Éducation et de la Science HUM, réf. 2007 – 62226

 

Presentation

Ce fut un projet de grande envergure, lors duquel j’ai dirigé 30 chercheurs de spécialités différentes, parmi lesquels étaient présents 10 jeunes professeurs et 15 étudiants en Master. Dans ce cadre, nous avons analysé avec succès la réception des mythes antiques, médiévaux et modernes dans la littérature européenne du 20e siècle. Le fruit de ces recherches se trouve, en partie, dans le volume Mythe et monde contemporain (voir livres). Le moment fort de ce projet a été le 1er Congrès International de Mythocritique : « Mythe et subversion dans le roman contemporain » (mars 2011), auquel ont participé 200 spécialistes de 25 pays. Les actes du congrès, après sélection des meilleurs travaux, ont été publiés sous le titre Myth and Subversion in the Contemporary Novel (Cambridge Scholars Publishing, 2012). 

 

Proposition scientifique

Le projet « Anthropologie mythique contemporaine » a exploré la réception des mythes depuis le début du XXe siècle jusqu’à nos jours. La littérature constitue la matière principale de l’étude : le roman, le théâtre ou la poésie offrent un panel singulier des archétypes, des symboles et des mythes fondateurs de notre pensée et de notre imagination. Le concept de mythes a été utilisé dans toutes ses acceptions (philosophique, culturelle, ethnologique, psychanalytique, linguistique) ; la seule exigence a été d’employer de manière cohérente les différents courants critiques.

Le projet a prêté une attention toute particulière aux mythes hérités de l’Antiquité (Narcisse, Phèdre, Orphée), du Moyen-Âge et de la Modernité (Faust, Don Juan), aux formulations philosophiques du mythe (l’éternel retour), aux formulations religieuses (le Graal), aux formulations typiques (Le Cid), ou aux formulations sociales (l’empire, le marxisme). De la même manière que pendant l’Antiquité ou l’époque moderne, les écrivains contemporains recourent à des images mythiques pour exprimer leurs dilemmes et leurs désirs ; ils le font de manière critique, fragmentaire ou subversive, mais toujours différemment.

Ce projet a eu pour ambition de différencier les modes d’adaptation (traduction, version, rejet, subversion) des mythes dans l’esprit contemporain, d’identifier ceux qui continuent d’avoir un impact sur la femme et l’homme d’aujourd’hui : en somme, nous avons appris pourquoi certains ont cessé de nous influencer et pourquoi d’autres, après des réadaptations contemporaines, continuent de représenter pleinement nos désirs et nos frustrations.

Bibliographie comparée et raisonnée de la littérature franco-espagnole au XVIIe siècle

« Bibliographie comparée et raisonnée de la littérature franco-espagnole au XVIIe siècle » (1992-1995). Ministère de l’Éducation et de la Science, réf. PS91-0182.

Ce projet a modifié l’idée générale selon laquelle il était impossible d’établir de manière rationnelle et critique un panorama exhaustif des relations littéraires entre deux pays. La confrontation des relations entre les littératures de l’Espagne et de la France a donné comme résultat la Bibliographie critique de la littérature espagnole en France au XVIIe siècle. Présence et influence (voir  livres).